Photo: Copyright UKBB, Bâle, personnel du service B (chirurgie/orthopédie)

Information à nos lecteurs: le texte de la newsletter du 20.03.2020 a été rédigé avant la conférence de presse du Conseil fédéral. Nous tenons à rappeler que les directives de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) font foi et les annonces antérieures de la SSP peuvent devenir caduques.

Quelle est la situation actuelle au Tessin?

Rapport de situation du Président de la Société Suisse de Pédiatrie

Texte français voir plus bas

Care colleghe, cari colleghi, care amiche, cari amici,

Una situazione così difficile da affrontare che ha cambiato in pochissimo tempo le nostre abitudini di vita nessuno se lo sarebbe aspettato. Siamo confrontati a un’urgenza sanitaria unica che nessuno finora ha mai affrontato. Siamo stati catapultati in una realtà che stravolgendo le nostre vite. Tutti noi pediatri, che abbiamo a cuore il benessere dei bambini e anche delle loro famiglie, dobbiamo essere pronti a offrire loro un servizio di sostegno fatto di informazioni chiare e rassicuranti. Fortunatamente il Covid19 non causa grossi problemi ai bambini, ma l’impatto psicologico  su tutto il nucleo famigliare è grande.

In Ticino siamo stati i primi, a livello svizzero, ad essere travolti da questo tsunami sanitario. Nessuno avrebbe immaginato che il virus si sarebbe diffuso così velocemente e in modo così drammatico. Sull’arco di tre settimane la sanità ticinesi ha rivoluzionato in modo radicale le sue strutture ospedaliere, preparando l’ospedale di Locarno e poi la clinica di Moncucco, in strutture adibite al Covid 19. In una giornata abbiamo svuotato il reparto di pediatria di Locarno portando tutta l’attività a Bellinzona. Oggi queste stanze ci sono adulti Covid19 positivi che necessitano di cure intensive. Gli ospedali sono in trincea nessuno entra a parte i malati e il personale. All’esterno gli spazi sono stati occupati da tende della protezione civile e militare. E’ un continuo via vai  di ambulanze.

A livello pediatrico ciò che viene osservato sul territorio è una diminuzione di consulti nello studio, rimane però fondamentale la vicinanza con le famiglie tramite “il lavoro telefonico”. Le famiglie collaborano e accettano di rimanere a casa se la sintomatologia non e grave ed è gestibile a domicilio. L’attività nello studio si è riorganizzata: al mattino ci sono consulti dedicati ai controlli per i bambini sotto i due anni per garantire il piano vaccinale, mentre le urgenze sono al pomeriggio.

A livello ospedaliero l’attività è ridotta alle urgenze, abbiamo bambini Covid19 positivi che presentano sintomatologie variegate, ma fortunatamente non gravi. Tutto quello che è elettivo e ambulatoriale è stato sospeso. Anche in questo caso il telefono è diventato un modo per essere vicini ai nostri pazienti.

Se la sanità ha saputo organizzarsi in poco tempo per cercare di frenare l’avanzata di questo tsunami, ciò che lascia molto perplessi è la reazione dell’opinione pubblica, che fatica a modificare in modo drastico le proprie abitudine di vita. Dobbiamo fare la nostra parte per far capire alle famiglie che bisogna rimanere a casa e che ogni contagio evitato potrà forse permettere di evitare il collasso delle nostre strutture sanitarie. Certo è difficile non poter permettere ai bambini di andare al parco giochi, di frequentare gli amichetti, ma se vogliamo riuscire a superare questa calamità tutti dobbiamo fare la nostra parte e la solidarietà sanitaria farà la differenza.

Da parte nostra cercheremo di tenervi informati quotidianamente con la nostra newsletter.

Un caro saluto, Gian Paolo Ramelli


Chères et chers collègues,

Nous sommes aujourd’hui dans une situation de crise et devons faire face à des défis majeurs auxquels nous ne nous attendions pas en un si bref délai. Nul d’entre nous n’a jamais été confronté à une telle urgence sanitaire. Soudainement, nous avons été catapultés dans une réalité qui a bouleversé toute notre vie. Tous ceux d’entre nous qui se soucient du bien-être des enfants et de leurs familles doivent être prêts à leur offrir le meilleur soutien possible. Heureusement, Covid19 ne cause pas de problèmes majeurs aux enfants, mais l’impact psychologique sur toute la famille est énorme. Des informations claires et rassurantes sont nécessaires.

Au Tessin, nous avons été les premiers en Suisse à être submergés par ce tsunami sanitaire. Personne n’aurait pu imaginer que le virus se propagerait aussi rapidement et aussi dramatiquement. En trois semaines, le service de santé tessinois a radicalement modifié sa structure hospitalière, préparant l’hôpital de Locarno puis la clinique du Moncucco à Covid 19. En un seul jour, nous avons vidé le service pédiatrique de Locarno et déménagé toute l’infrastructure à Bellinzona. Aujourd’hui, les chambres ainsi vidées accueillent des adultes testés positifs à Covid19 qui ont besoin de soins intensifs. Les patients et le personnel exclusivement circulent dans les hôpitaux. A l’extérieur des bâtiments, des abris civils et militaires ont été construits. Il y a un va-et-vient constant d’ambulances.

Les consultations pédiatriques au cabinet ont été fortement réduites, le contact étroit avec les familles est maintenu par téléphone, ce qui fonctionne bien pour les symptômes non graves. L’acceptation et la coopération avec les familles est très bonne. La routine quotidienne au cabinet a été réorganisée: le matin, des examens de préventions et des vaccinations sont effectués, principalement pour les enfants de moins de deux ans, afin de garantir le calendrier des vaccinations, tandis que l’après-midi, les consultations urgentes ont lieu. Au niveau des hôpitaux, l’activité est réduite aux urgences. Nous avons des enfants testés positifs à Covid19  qui présentent différents symptômes heureusement non graves. Tous les services ambulatoires ont été suspendus. À l’hôpital, le contact avec les familles se fait également par téléphone.

Le système de santé a prouvé qu’il fait tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher la propagation du virus. La réaction de cette partie de la population qui refuse de changer ses habitudes est d’autant plus incompréhensible. Nous devons insister sur le fait que les mesures prises par la Confédération doivent être strictement respectées et que toute infection évitée contribuera à prévenir l’effondrement de nos établissements de santé. Bien sûr, il est difficile de ne pas permettre aux enfants d’aller sur le terrain de jeu ou de rencontrer des amis, mais si nous voulons survivre à cette catastrophe, nous devons tous apporter notre contribution. Ce sera la solidarité de tous.

La Société Suisse de Pédiatrie s’efforcera de vous tenir informé par le biais de notre newsletter quotidien.

Avec des salutations collégiales, Gian Paolo Ramelli

Dois-je sélectionner plus strictement les patients atteints de maladies respiratoires aiguës que je recommande à l’hospitalisation?

Non! Faites vos sélections comme de coutume afin de garantir la sécurité de la prise en charge de vos patients. Dans certains cas, COVID-19 ne peut être cliniquement différencié des autres infections respiratoires virales (voir par exemple Gong Y, Pédiatrie, 2020) et une co-infection avec d’autres agents pathogènes est possible. Bien que la saison de la grippe touche à sa fin, le VRS continue de circuler, tout comme la parainfuenza ou le VHB, causes fréquentes de bronchite obstructive ou de bronchiolite nécessitant une hospitalisation.

Les hôpitaux pédiatriques en Suisse disposent actuellement de ressources suffisantes pour l’hospitalisation d’urgence.

Dois-je vraiment séparer un nouveau-né de ses parents?

Les données disponibles à ce jour montrent que les nouveau-nés peuvent être infectés par des mères positives à COVID-19, mais ne tombent pas ou que légèrement malades. Par conséquent, le SGGG et l’OMS ne recommandent pas la séparation. Cela est judicieux pour les couples mère/enfant en bonne santé. Pour les prématurés et les nouveau-nés malades qui doivent être hospitalisés dans un service de néonatologie cela représentent des défis supplémentaires. Il est crucial que le personnel spécialisé, déjà rare, ne soit pas décimé par infection. De plus, les CMI et les unités de soins intensifs néonatals sont généralement de grandes unités ouvertes « open space » avec plusieurs lits de patients et un flux important de personnes et de matériel. C’est pourquoi les directives strictes des équipes d’hygiène hospitalière sur place doivent être respectées;  la séparation des familles touchées est également une mesure drastique.

Y a-t-il des recommandations concernant le triage des patients? Quels patients dois-je recevoir en consultation? Quels sont les patients que je peux conseiller par téléphone?

Il est important que malgré COVID-19, tous les patients des urgences pédiatriques soient triés correctement pour éviter la « morbidité/mortalité collatérale ». La SSP recommande que le triage soit effectué selon les critères téléphoniques habituels utilisés dans le cabinet respectif. L’état des enfants atteints de maladies respiratoires peut se détériorer rapidement, quel que soit l’agent pathogène responsable. Il faut s’assurer que l’évaluation personnelle des patients en situation d’urgence par le pédiatre soit garantie.

Existe-t-il déjà un scénario définissant des soins de base à fournir au cabinet pédiatrique en cas de couvre-feu?

Cela est une question importante à laquelle il n’y a pas de réponse actuellement. La recommandation déjà publiée dans l’article concernant les vaccinations et examens de prévention du 16 mars 2020 a été formulée en concertation avec l’OFSP. Tout changement sera communiqué dans les meilleurs délais.

Bourse d’emploi temporaire de «Kinderärzte Schweiz», l’association professionnelle de la pédiatrie ambulatoire en Suisse

«Kinderärzte Schweiz» (KIS) propose dès aujourd’hui une bourse d’emploi temporaire. Texte original:

Pendant la pandémie COVID-19, de nombreux cabinets et hôpitaux sont soumis à une pression extrême: alors que certains cabinets se retrouvent sans travail, des collègues ailleurs peuvent savent plus où donner de la tête. Avec cette bourse d’emploi temporaire, nous voulons assurer le bon fonctionnement de la pédiatrie. Tous les spécialistes et cabinets de pédiatrie ainsi que les hôpitaux peuvent s’inscrire gratuitement et indépendamment d’une adhésion au KIS s’ils ont besoin de ressources personnelles ou peuvent proposer des missions temporaires. Rapide, gratuit et solidaire – dans l’intérêt de la cause. Veuillez envoyer vos offres d’emploi par mail à l’adresse suivante : daniel.brandl@kinderaerzteschweiz.ch. Merci beaucoup.

La SSP remercie «Kinderärzte Schweiz» pour cette offre, qui s’adresse aux pédiatres de toute la Suisse et de toutes les régions linguistiques et qui est également disponible gratuitement aux membres de la SSP.