Quoi de neuf en pédiatrie du développement? Dans le présent numéro de Paediatrica sont évoqués des sujets de pédiatrie du développement qui prennent de plus en plus d’importance dans les cliniques et les cabinets pédiatriques, soit parce qu’ils deviennent plus fréquents ou alors parce qu’ils suscitent plus d’attention. Cela concerne des sujets comme les relations avec les médias numériques, les troubles du sommeil de l’adolescent ou l’emploi de l’hypnose dans la consultation pédiatrique, ou encore des domaines où ont surgi de nouveaux aspects ou approches thérapeutiques. Parmi eux, de nouvelles approches thérapeutiques des troubles du spectre autistique ou des troubles de déficit d’attention/hyperactivité et enfin des réflexions sur le rôle du/de la pédiatre concernant l’indication et la coordination d’interventions pendant la petite enfance.

La problématique du TDA/H suscite toujours et encore beaucoup de préoccupations auprès des pédiatres. Les auteurs Ramon Möller et Mark Brotzmann illustrent ce thème par un dialogue entre praticien (Möller) et centre spécialisé (Brotzmann), en présentant leur point de vue, en réponse aux questions de Peter Weber, concernant la délégation, le diagnostic, les comorbidités, les recommandations thérapeutiques, le pronostic et les aspects culturels.

Qu’est-ce qui fait qu’un enfant se développe de manière positive? Notamment lorsqu’il grandit dans des conditions défavorables? La contribution d’Oskar Jenni et Susanne Ritter « Vulnérable et fort malgré tout: Facteurs de risque et protecteurs du développement de l’enfant » évoque ce sujet important. L’article résume les connaissances actuelles sur les facteurs de risque et protecteurs pour le développement de l’enfant et les illustre à l’aide de trois vignettes cliniques marquantes.

Médias numériques et enfants, un sujet d’actualité qui ne laisse personne indifférent. Le monde politique et de l’enseignement s’y intéressent et tout le monde s’y connaît! Dans cette situation, un regard compétent sur le sujet paraît absolument nécessaire. Dans son article, Daniel Süss plaide pour une approche différenciée des médias numériques et nous exhorte à avoir une vision globale. On y trouve des idées à usage quotidien, expliquant comment aménager en famille un quotidien « medias-compétent » centré sur les enfants. Des links utiles complètent cet article d’actualité.

L’hypnose pédiatrique est un concept thérapeutique utilisé de plus en plus dans les cabinets de pédiatrie. Dans son article passionnant, Camilla Ceppi explique comment utiliser la faculté des enfants à se mettre en transe naturelle pour des interventions hypnotiques courtes ainsi que dans la consultation hypnothérapeutique. Camilla Ceppi décrit cela par des exemples captivants, pertinents au quotidien et nous donne des indications utiles sur les possibilités de formation en hypnose.

Il y a une grande probabilité qu’en tant que pédiatre on soit confronté au problème des troubles du sommeil du nourrisson et du petit enfant. Nous avons en général de solides connaissances et savons conseiller lorsqu’il s’agit de cette tranche d’âge. Les troubles du sommeil de l’adolescent sont presque aussi fréquents mais les bases théoriques et les concepts thérapeutiques nous sont moins familiers. L’article de Rabia Liamlahi, Martina Hug et Caroline Benz comble cette lacune et présente un concept de traitement graduel qui se laisse bien appliquer dans la pratique.

Avec six contributions, les troubles du spectre autistique ont été traités de manière exhaustive dans le numéro 28/2 (avril 2017) de Paediatrica. Dans son article Christina Schaefer se concentre donc sur les données actuelles concernant le dépistage précoce au cabinet pédiatrique et décrit des concepts thérapeutiques développementaux, en tant qu’alternative aux approches comportementales. Elle précise que les mesures orientées sur le développement engagent tout particulièrement les parents et s’inscrivent dans le nombre croissant de traitements « parent-centered » très prometteurs.

L’indication, le choix et la coordination des offres de soutien au développement et des traitements destinés aux enfants avec des troubles du développement peuvent s’avérer un vrai défi. Le/la pédiatre joue un rôle central dans ce processus. Dans son article, Monika von der Heiden montre, avec Raphaela Iffländer et Michael von Rhein, quelles offres de prise en charge sont utiles pour quels enfants et quelles situations familiales. Elle souligne l’importance du réseautage régional et interprofessionnel.

Cette édition à thème se termine par une prise de position de Daniel Brandeis, Reto Huber, Susanne Walitza et Oskar Jenni à propos des marqueurs biologiques pour le diagnostic des troubles de déficit d’attention/hyperactivité. Quelles sont les méthodes d’investigation d’un TDA/H utiles ou moins utiles ? Cette prise de position commune de la Société Suisse de Pédiatrie (SSP) et de la Société Suisse de psychiatrie et psychothérapie de l’enfant et de l’adolescent (SSPPEA) s’insère parfaitement dans le présent numéro à thème.

Je vous souhaite que la lecture de ces articles passionnants vous apporte beaucoup de plaisir et de nouvelles notions. Je remercie les auteurs pour leurs précieuses contributions.

Avec mes cordiales salutations,
Bea Latal