Le 30 janvier a marqué une étape important vers la mise en place d’une structure visant à combler une lacune dans notre système juridique: la commission de la science du Conseil des États s’est prononcée à dix voix contre deux en faveur de la motion «Créer un bureau de médiation pour les droits de l’enfant».

Dans un communiqué de presse, la commission a déclaré soutenir la création d’un bureau de médiation car elle souhaite aider les enfants et les jeunes à prendre conscience de leurs droits, qui sont solidement établis dans le système juridique suisse. La commission reconnaît qu’en plus du large éventail d’offres de conseil psychosocial destinées aux enfants, il convient d’instituer pour ces mêmes enfants un bureau disposant d’un savoir spécifique sur leurs droits. Selon la Commission, la plus-value d’une telle instance réside surtout dans les activités de médiation. En prévision d’une mise en œuvre de la motion, il conviendra d’examiner attentivement les attributions concrètes du bureau.

Au nom des enfants concernés et de notre vaste alliance, nous tenons à remercier le Conseiller aux États Ruedi Noser, les membres de la commission et la Conférence des directrices et directeurs cantonaux des affaires sociales (CDAS) pour leur soutien!

Nous comptons sur l’assemblée plénière du Conseil des États, puis sur le Conseil national, pour suivre cette décision visionnaire des conseillers aux États membres de la commission des sciences. C’est le seul moyen de garantir que les enfants puissent exercer leur droit à l’autodétermination dans les cas où ils ont besoin d’un soutien supplémentaire. Un bureau de médiation œuvrera en faveur d’un système judiciaire juste pour les enfants, et soutiendra une gestion de qualité du système juridique. Et renforcera ainsi les droits de l’enfant de manière générale.