COMMUNIQUÉ DE PRESSE


« Pour une médecine pédiatrique de qualité en Suisse »

Le nombre de pédiatres diminue, de même que les médicaments et vaccins à usage pédiatrique à disposition et le domaine des soins ne propose aucune formation spécifique. Les tarifs aussi bien hospitaliers qu’ambulatoires couvrent à peine les coûts effectifs. Confédération et cantons ne bougent guère. La Société Suisse de Pédiatrie, en collaboration avec d’autres experts, a élaboré, sur mandat de l’intergroupe parlementaire Médecine pédiatrique, un document de synthèse qui pose des exigences politiques permettant de garantir un médecine pédiatrique de qualité.

La co-présidence de l’intergroupe parlementaire Médecine pédiatrique avec la conseillère nationale Marina Carobbio Guscetti, la conseillère nationale Verena Herzog, la conseillère nationale Ruth Humbel, la cconseillère nationale Tiana Moser et conseiller aux Etats Damian Müller a mandaté, en septembre 2018, un groupe d’experts chargé de rédiger un document de synthèse posant des exigences politiques. Celles-ci ont été présentées à la rencontre des parlementaires du 9 septembre 2019:

  • Tenir compte du fait que soigner des enfants et des adolescents prend plus de temps
  • Eviter le sous-approvisionnement et les coûts qu’il engendre
  • Garantir le lien avec l’environnement de l’enfant
  • Avoir à disposition des infrastructures adaptées aux enfants
  • Garantir le diagnostic et les thérapies nécessaires par les différents organismes payeurs
  • Avoir à disposition des médicaments et des vaccins pour les enfants et adolescents sous une forme qui leur est adaptée
  • Favoriser les conditions-cadres de la profession

La co-présidence de l‘intergroupe parlementaire approuve le document de synthèse qui montre les actions concrètes nécessaires. Les conseillères et conseillers ont annoncé le dépôt d’interventions parlementaires dans le but de garantir, à l’avenir aussi, une médecine pédiatrique de qualité. Outre ces mesures au niveau fédéral, des discussions seront menées avec les directrices et directeurs cantonaux de la santé afin de trouver des solutions.